Sélectionner une page

Je ne vais pas ici vous parler de vos choix de lieu ou de mode de vacances.

Ce n’est pas à moi de vous dire où partir ni quoi faire ou avec qui.

Je ne vais pas non plus vous parler de faire du yoga ou de vous faire masser (et pourtant ça fait du bien !).

Tant que vous faites ce qui vous tient à cœur, tout va bien 😊.

 

Non, ce que j’ai envie d’aborder ici tourne autour de vos besoins, de ce qui vous nourrit, et de la façon dont vous vous attachez à les satisfaire durant vos vacances. 

 

Mais avant tout : qu’est-ce qu’un besoin ?

Parmi toutes les définitions que j’ai pu trouver, celle-ci m’a semblée la plus pertinente : les besoins recouvrent l’ensemble de tout ce qui apparaît « être nécessaire » à un être, que cette nécessité soit consciente ou non.

C’est la différence entre un désir et un besoin.

Le désir désigne quelque chose que l’on souhaite, le besoin quelque chose qui nous est nécessaire.

Mais malheureusement, nos vies professionnelles, familiales, amicales, nous conduisent parfois/ souvent à mettre nos propres besoins de côté.

D’abord parce que la vie en collectivité fait que chacun ne peut pas en permanence satisfaire chacun de ses besoins individuels. Nous devons tous tenir compte des besoins des autres et faire des compromis. 

Ensuite parce que beaucoup vont avoir tendance à mettre leurs besoins sous le tapis pour privilégier ceux des autres. Pour leur faire plaisir. Ou pour garantir le calme du groupe et la paix familiale. 

Et pourtant avoir des besoins et les exprimer est nécessaire. Ce n’est pas un caprice. Et ça ne veut pas non plus dire que vous êtes égocentrique. En les exprimant vous êtes juste un être humain ancré et aligné.

 

Le problème quand vous ne vous occupez pas de vos propres besoins c’est que vous ne prenez pas soin de vous et que cela peut avoir des conséquences :

🌱 sur votre motivation : satisfaire ses besoins est essentiel pour conserver un niveau d’énergie et de motivation correct. Cela vaut aussi pour le sommeil, pour la capacité à réguler son alimentation, etc… A long terme, des déséquilibres dans ces domaines peuvent favoriser des difficultés physiques et psychiques. Et puis qui dit motivation dit à la fois plaisir et efficacité. 

🌱 sur votre capacité à gérer vos émotions : qui dit émotion de type tristesse, peur ou colère dit besoin non satisfait. Vous seul savez le(s)quel(s). Mais si vos émotions débordent un peu par moment, il serait intéressant de vous pencher sur la question. Une émotion, tout naturelle qu’elle soit, est une alerte à entendre.

🌱 sur votre image de vous : laisser de côté vos besoins c’est vous oublier. C’est dire que ce n’est pas grave. Que ça n’a pas d’importance. Si vous disiez de quelqu’un que ses besoins n’ont pas d’importance et qu’il n’a qu’à se plier en permanence à ceux des autres, qu’est-ce que ça dirait de la façon dont vous le considérez ?

🌱 sur l’image que vous renvoyez : si dans votre famille on a pris l’habitude que vous n’ayez pas de besoin, puisque vous ne les exprimez pas, quelle image a-t-on de vous ? Celle ou celui qui peut bien se sacrifier pour les autres ? Parce que ce n’est pas grave ? Idem dans le travail, si vous n’exprimez pas ou ne cherchez pas à satisfaire vos besoins, quand pensera-t-on à vous demander votre avis ?

🌱 je finirai par la santé : de plus en plus de professionnels de santé s’intéressent à la symbolique des maux. Que veut-dire cette douleur à la main, au pied, à l’épaule ? Cela ne signifie absolument pas qu’il ne faut pas vous soigner, la douleur est réelle. Cela ne veut pas non plus dire que vous seriez responsable de ce qui vous arrive. On peut en revanche vous prescrire une pommade anti-inflammatoire tout en vous amenant à réfléchir sur toutes les origines de la blessure.

Et si vous ne choisissez pas de vous occuper de vos besoins, personne ne le fera pour vous. Parce que personne ne les connaît aussi profondément que vous. Mais surtout parce que ce n’est la responsabilité de personne d’autre que vous.

 

Alors j’ai envie de vous demander : comment vous occupez-vous de vos besoins pendant ces vacances ?

Qu’est-ce que vous avez prévu ? Pas pour faire plaisir à tous les autres mais pour vous ?

Je suis bien consciente que si vous êtes en couple, en famille ou entre amis pendant vos vacances, il vous a fallu faire des compromis. Mais un même besoin peut être satisfait de différentes façons.

Un besoin d’évasion par exemple vous conduirait peut-être dans un premier temps à envisager une balade en Thaïlande. Mais il se trouve que cette année vous êtes partis dans la maison familiale en Ardèche. Alors comment pourriez-vous satisfaire ce besoin d’évasion ?

Souvent j’entends des personnes me dire qu’il n’est pas possible de satisfaire leurs besoins dans leur quotidien personnel et professionnel. Et bien, croyez-le ou non, quand on ouvre le champ des possibles, on trouve souvent des solutions, si petites qu’elles semblent-être au départ.

 

Pour y réfléchir, je vous propose de prendre un carnet et de répondre à ces trois questions :

🌱 Quels sont vos besoins ?

Ceux dont vous êtes déjà conscient(e) ?

Dans les 5 dernières années, dans quels moments de votre vie vous êtes-vous senti bien, compris(e), apaisé(e), serein(e) ?

Qu’avaient-ils en commun ? Qu’est-ce qui vous faisait du bien ?

A votre avis, à quel(s) besoin(s) est-ce que vous répondiez ?

 

🌱 Jusque-là qu’avez-vous fait pour les satisfaire ?

Pendant ces vacances, qu’avez-vous prévu ?

Et dans votre quotidien ?

Qu’est-ce que fonctionne bien ?

Qu’est-ce qui reste compliqué ?

 

🌱 Comment pourriez-vous les satisfaire, durant vos vacances (et plus loin dès la rentrée) ?

Quelles lignes pourriez-vous bouger ?

Si tout était possible, que feriez-vous ? Et qu’est-ce que ça pourrait donner dans votre réalité ?

 

Et enfin une dernière question : de quoi ce mois d’août pourrait-il être le début ?